LOGO RIM.jpg

Programme

Les RIM 2021 se déroulent le jeudi 23 et le vendredi 24 septembre. Il est possible de s'inscrire sur les deux journées pour participer aux différents ateliers, où de venir sur les temps d'accueil du public, le jeudi soir et le vendredi après-midi ) la plénière de restitution (inscription obligatoire pour la plénière).

Pour cette édition, les différents ateliers se rendront sur des sites exploratoires en lien avec leur thématique 

Programme des RIM

Capture d’écran 2021-09-15 à 15.22.00.png

Les différents ateliers

1. Ambiance sacrée / sacrée ambiance 

«  Ambiance sacrée, sacrée ambiance" cet atelier vous propose de vous joindre à un étrange voyage aux confins de l'intime, des regards qui se construisent à travers la verticalité et l'horizontalité, aux frontières de l’art et la religion, des émotions architecturales, de la pierre et du végétal. 

Quelle sacrée Ambiance allez vous me dire ! 

Quoi de mieux qu'une entreprise de pompes funèbres coopérative, une chercheuse dont la thèse est « l'urbain et la mort », une paysagiste qui conçoit des jardins d'enfants et accompagne les communes à la re végétalisation des cimetières et une réalisatrice dont l'une des spécialités est d'exhumer des archives visuelles inattendues pour vous emmener là où se cherche le sacré.

Personnes ressources :

- Greg Neuviarts (coopérative funéraire) / Mirabelle Fréville (réalisatrice) / Adélaïde Fiche (paysagiste) / Pascaline Thiollière (maitre de conférence architecte et urbaniste)

2. Concevoir l'ambiance ? 

A quoi tient l’ambiance d’un lieu ? L’aménagement est-il un marketing d’ambiance et/ou un révélateur ? Où est l’humain dans cette savante fabrication d’ambiance ?

L’atelier vous embarque à la rencontre d’une Commune et de quelques-uns de ses acteurs dans une exploration sensible où chacun(e) sera invité(e) à contribution… l’aventure consiste à recueillir en peu de temps des éléments concrets ou dans l'air, matériels ou immatériels, humains et non humains de la fabrication de l’ambiance. Atmosphère atmosphère...

Personnes ressources

- Jean Badaroux (Directeur général Territoires) / Elisa Dumay (urbaniste culturel) / Frédéric Barbe (docteur en géographie et aménagement) / Christophe Séraudie (architecte chercheur)

3. Ambiance rythmes et temporalités

​Prendre le temps d'observer les temps : le temps qu'il fait, le temps de la fabrique urbaine, ... Explorer les rythmes du vivant, les usages d'un lieu, ... Avec le temps va tout s'en va, en êtes-vous si sûr.es?

Personnes ressources

- Marie Venot (villanthrope) / Fanny Broyelle (associée CNRS, laboratoire de Transfert ) / Dominique Launat (psychologue)  /

4. Ambiance empuissantante et pouvoir d'agir 

La place publique, lieu de la confrontation citoyenne, est elle toujours un environnement capacitant ?  Comment s'articule pouvoir d'agir et espace public ? Comment une ambiance peut légitimer à agir et à transformer ou annihiler l'action individuelle et collective ? L'atelier s'attache aux phénomènes d’appropriation et aux processus d’exclusion, aux contributions habitantes et aux politiques publiques. 

Personnes ressources

- Gwenola Drillet (Hôtel Pasteur) / Lise Buisson (Hôtel Pasteur) / Gilles Debrun (architecte et enseignant) / Antonin Margier (maitre de conférence en géographie sociale) / Pascal Lebrun-Cordier (urbaniste culturel et enseignant) / Pauline de la Boulaye (historienne, auteure et curateure)

5. Ambiance des villes / ambiance des champs 

Embarquons pour un voyage à travers champs et ville en construction pour nous demander ce que les humains viennent depuis si longtemps chercher en ville ? Comment un travail des ambiances pourrait les aider à insérer leurs nouveaux habitats dans des éco systèmes existants, tout en les préservant ?

Personnes ressources

- Antoine Cochain (urbaniste culturel) / Julien Fazilleau (jeune diplômé en architecture) / Pierre-Antoine Chabriac (docteur en génie civil) / Yvon le Caro (enseignant chercheur en géographie sociale)

6. Ambiance du/au/me travail(le) 

 Peut-on imaginer une ville où toutes les formes de travail pourraient exister, y compris celles généralement considérées comme improductives ou inactives comme le travail de l’étudiant, du chômeur ou du retraité ? Une vraie mixité est-elle possible si on réinvestissait ces zones dédiées au travail ? D’ailleurs ne sont-elles que des lieux de travail ? Que s’y passe-t-il le soir ou en temps de pandémie ? Et le repos et la convivialité dans tout ça ? Quelle place occupent-ils dans la ville ?

Personnes ressources

- Agathe Ottavi (urbaniste culturelle) / Louis-Marie Belliard (responsable d'opérations à Territoires) / Valérie Lebrun (architecte enseignante à l'ENSAB) / Sylvie Laroche (architecte d'Etat)